1

► FXXK IT : Kimi no Blue Travel Kikō (août 2017)

Août n’est pas vraiment le mois où je fais le plus d’activités. Déjà, avec la saison des pluies minable de cette année, c’est août qui a récolté et on a eu plusieurs jours d’affilée où il a plu, parfois des typhons, des orages violents et j’ai donc du annuler quelques sorties. Ensuite en août c’est le Obon, la période où les japonais rentrent dans leur ville natale et vont sur les tombes de leurs ancêtres. Il y a un long week-end. Pour moi, à l’école, c’était 4 jours de cours intensifs qui m’ont assassinée. J’avais besoin de souffler et de me reposer. La vie à Tokyo n’est pas de tout repos, on est sans cesse occupé. Parfois c’est chiant car j’ai soif de voyage, mais je suis bien entourée au boulot et je me dis qu’en économisant je pourrais me reposer pendant une longue période et me faire un beau voyage plus tard dans l’année. On y va petit à petit !

4 août : お疲ラメン!

Avec Miki et Pato, mes collègues de boulot, nous nous sommes offert un ramen après notre journée de boulot. Nous adorons tous les trois les ramens donc on a cherché un restau de ramen à Jiyugaoka. Il y en a pas mal dans ce quartier et cette fois, nous avons choisi ​Ichibanya (いちばんや). Il est simple, petit et tranquille. Les ramens sont pas mauvais et abordables (entre 800 et 1000¥). Le staff est sympa et en nous servant ils disaient « voilà » à la place de « douzo » (どうぞ) haha. Une petite faim, une envie de ramen, vous pouvez aller là. Testé et approuvé !

Ichibanya (いちばんや)
Adresse : 2nd Genta Building B1, 1-12-3 Jiyugaoka, Meguro-ku, Tokyo
Accès : Jiyugaoka station (Toyoko line, Oimachi line) sortie nord
Site internet : http://www.jiyugaoka-ichibanya.com/

20 août : 花火大会🎆めっちゃきれい

J’ai vu mon premier feu d’artifice de l’année ! L’été japonais est riche en feu d’artifice, pour certains vraiment très beaux et impressionants. Mais l’inconvénient pour moi est qu’ils ont pour la plupart lieu le samedi…
Mais celui de Jingu Gaien, lui, se déroulait un dimanche cette année ! Il est tiré depuis le stade Meiji Jingu situé à Shinanomachi. On peut le voir directement dans le stade si on achète un ticket à l’avance pour 3000¥. Il y a aussi des concerts avec des artistes et groupes célèbres, mais là le ticket monte jusqu’à 7500¥ environ. Si vous venez en mode touriste, faudra se faufiler quelque part pour bien voir le spectacle. Avec la foule, beaucoup de rues sont fermées à la circulation et on ne peut pas rester n’importe où.

Et moi comme j’ai loupé la date limite d’achat des tickets, je suis allée à l’événement en touriste 😁. Le staff n’arrêtait pas de dégager tout le monde des trottoirs et des bon spots qui étaient une gêne pour la circulation. Au final je me suis retrouvée à grimper sur un petit muret en mode aventurière et je me suis assise au pied d’un arbre pour prendre des photos. Bon c’était pas un mauvais spot, je voyais bien et j’ai pu capturer de beaux clichés. Ce n’était pas le plus impressionnant que j’avais vu mais j’adore les feux d’artifices donc c’était un moment de plaisir. Toutes mes photos sont sur Flickr !

Meiji Jingu Stadium
Adresse : 3-1 Kasumigaokamachi, Shinjuku-ku, Tokyo
Accès : Gaien Mae station (Hanzomon Line, Ginza Line) sortie 2, Shinanomachi Station (JE Chuo Sobu Line)

Après le feu d’artifice, j’ai filé à Ikebukuro pour aller boire un coup avec Miki et Pato. Miki nous a invités à boire dans le bar de son amie. Le bar se trouve dans la même rue que l’hôtel où sont restés mes parents pendant leur séjour au Japon 😁. Ils ont une variété de rhum, venant de différents pays. Ce n’est pas trop mon truc mais j’ai bu un super bon cocktail à la pêche, doux et sucré ! Le bar est petit mais convivial, le staff très chaleureux. L’amie de Miki est adorable, et en plus elle parle anglais. On a passé une soirée agréable 😊.

Kings Rhum
Adresse : Otaya Building 1F, 2-9-1 Ikebukuro, Toshima-ku, Tokyo
Accès : Ikebukuro station (JR Lines) sortie ouest
Site internet : http://www.kingrum.jp

21 août : Comme à la maison

Une journée glande, marche à pied pour terminer par une soirée chez Eiko et sa famille qui est je dirais ma « famille japonaise » haha. On a pris le diner comme en famille, en disant « Itadakimasu » avant de commencer à déguster les délicieux petits plats préparé par Eiko : soupe miso, salade, ratatouille japonaise (parce que ça ressemblait à de la ratatouille mais j’ai oublié le nom), viande, riz…

Après le repas, avec la fille de Eiko, Erika, et son amie, nous avons fait quelques feux d’artifices dans le jardin. C’était amusant ! J’ai eu l’impression de vivre mes premiers dramas japonais, ceux qui m’ont en partie donné un aperçu de la vie de famille et de la vie au Japon. C’était une bonne soirée conviviale. Je me sens comme en famille, et ça fait du bien quand on est expatriée, ça évite le mal du pays.

26 août : おつカラオケ 🎤🎶

Samedi soir, pour bien terminer la semaine de boulot, les membres de la team karaoké d’École Sympa se sont réunis pour aller chanter ensemble à Takadanobaba. Nous sommes allés à Karaoke no Tetsujin (カラオケの鉄人) pendant 3 bonnes heures. Je n’avais pas encore testé cette chaine de karaoké. Nous étions dans une petite salle mais les grandes ont l’air aussi bien que celles de Karaoke Côte d’Azur. Pour 3 heures avec une boisson, un samedi soir, comptez environ 3000¥ par personne.

Karaoke no Tetsujin (カラオケの鉄人)
Adresse : Takadanobaba Building 1F, 1-26-12 Takadanobaba, Shinjuku-ku, Tokyo
Accès : Takadanobaba Station (JR Yamanote Line, Tozai Line) sortie Big Box
Site internet : http://www.karatetsu.com

On s’est bien amusé comme d’habitude. Je n’étais pas venue à Takadanobaba depuis longtemps ! Il y a beaucoup d’écoles de langues et d’universités dans ce quartier, donc c’est un quartier vivant avec pas mal de jeunes… dont beaucoup qui sont bourrés le samedi soir 😂. Mais pour sortir et s’amuser, c’est bien !

28 août : Un petit tour au jardin !

Un lundi chaud mais assez ensoleillé, j’ai décidé de sortir en mode touriste. Suite à la recommandation d’une de mes étudiantes, j’ai visité les jardins de Hamarikyu. Ils se situent près de Shimbashi, dans le sud est de Tokyo, pas très loin du quartier de Ginza. Avant de me rendre aux jardins, j’ai pris le déjeuner chez Katsuya, parce que, vous le savez très bien, j’aime bien cette chaîne de restau rapide et ce n’est pas cher.

Katsuya Shinbashi (かつや新橋店)
Adresse : 2-16-1 Shinbashi, Minato-ku, Tokyo
Accès : Shinbashi (JR Yamanote Line, Ginza Line, Asakusa Line) sortie 8

De là j’ai parcouru le quartier, entourée de hauts immeubles à l’architecture particulière, avec parfois quelques temples ou sancutaires, signe de tradition, implantés au milieu de la modernité.

Puis je suis arrivée aux jardins, après une dizaine de minutes de marche à pied. C’est grand et reposant. On peut apercevoir la Tokyo Tower, Odaiba avec le pont Rainbow et l’immeuble de Fuji TV, le haut de la Tokyo Skytree derrière les immeubles. C’est bien d’y aller à toutes les saisons pour voir les différentes fleurs. En été je trouve qu’il n’y a pas grand chose donc je retournerai certainement voir les feuilles rouges fin novembre. La visite prend environ deux heures. L’entrée coûte 300¥ par personne. Après votre visite, vous pouvez recevoir un tampon sur votre prospectus ^^ !

Hamarikyu Gardens (浜離宮恩賜庭園)
Adresse : 1-1 Hama-rikyu Teien, Chuo-ku, Tokyo
Accès : Shinbashi station (JR Yamanote Line, Keihin-Tohoku Line, Ginza Line, Asakusa Line) sortie est, Shiodome station (Toei Oedo Line, Yurikamome Line) sortie est

Cette petite excursion m’a fait du bien ^^, un peu comme si je voyageais ! Vous pouvez retrouver les photos sur mon Flickr !


♫ Un article = Une chanson ► BIGBANG – 에라 모르겠다 (FXXK IT)

Publicités
0

► In the End : Passer le JLPT au Japon

Le fameux examen qui évalue votre niveau en japonais : le JLPT ! Il peut vous être utile si vous souhaitez travailler au Japon ou pour vos études ou tout simplement si vous êtes curieux de savoir à quel point vous pouvez parler japonais.

Qu’est-ce que c’est ?

JLPT signifie Japanese Language Proficiency Test. C’est le test qui évalue votre niveau de langage dans la langue japonaise, dans trois domaines : vocabulaire, grammaire/lecture et écoute. Il y a quatre niveaux allant du N5 au N1.

  • N5 : Être capable de comprendre un peu de japonais basique (lire et comprendre des phrases et expressions écrites en hiragana et katakana et en kanji simples, écouter et comprendre des courtes conversations de la vie quotidienne parlées à un rythme lent)
  • N4 : Être capable de comprendre les bases du japonais (lire et comprendre des phrases avec du vocabulaire basique et en kanji, écouter et comprendre des conversations de la vie quotidienne parlées à un rythme lent)
  • N3 : Être capable de comprendre le japonais utilisé dans les situations de tous les jours jusqu’à un certain degré (lire et comprendre des documents au contenu spécifique de la vie quotidienne, saisir les informations importantes d’un document, écouter et comprendre des conversations cohérentes dans la vie de tous les jours parlées à un rythme naturel)
  • N2 : Être capable de comprendre le japonais utilisé dans les situations de tous les jours et dans une variété de circonstances jusqu’à un certain degré (lire et comprendre des articles de presse, des magazines et autres articles divers, écouter et comprendre des conversations cohérentes dans la vie de tous les jours, les informations télévisées parlées à un rythme naturel)
  • N1 : Être capable de comprendre le japonais utilisé dans une variété de circonstances (lire et comprendre du contenu logique ou abstrait sur divers sujets, des articles de presse, des chroniques, écouter et comprendre des conversations cohérentes, des informations, les points essentiels d’un discours oral)

Le test a lieu deux fois par an au Japon. La première session se passe en Juillet et la deuxième en Décembre.

Inscription et préparation

L’inscription s’effectue par Internet, sur le site JEES ou bien par courrier (attention à la date butoire). Il faut avoir un compte sur le site pour pouvoir s’inscrire.
Il est possible de s’inscrire en individuel ou en groupe. Il faut remplir le formulaire avec les coordonnés et joindre une photo et payer. Le coût de l’examen est de 5 000¥ (+ taxes). Il est possible de régler au konbini ou par carte bancaire.

Un mois avant l’examen, un récépissé (Test Voucher) est envoyé à l’adresse indiquée pendant l’inscription. Il est très important de le garder précieusement car il contient toutes les infos nécessaires le jour de l’examen : date, heure et durée du test, l’adresse du campus où l’examen aura lieu, numéro de candidat, le numéro de salle et le règlement. A ne surtout pas oublier le jour J !

Entre la période d’inscription et le jour du test, il n’y a plus qu’à bosser pour être le mieux préparé possible. Il est parfois arrivé que des sessions d’entraînements aient lieux un mois avant l’examen pour les inscrits au test officiel. Ces sessions se déroulent dans les mêmes conditions et les participants peuvent en cadeau recevoir 2 000¥ !

Lieux où se passe l’examen

Selon le lieu de résidence et le niveau choisi, les lieux de l’examen varient. Mes trois tests déjà passés étaient dans trois lieux différents. Les examens se passent dans différentes universités, dans toutes les préfectures du Japon.

Quelques adresses

Keio University Hiyoshi Campus
Adresse : 4-1-1 Hiyoshi, Kohoku-ku, Yokohama-shi, Kanagawa-ken
Accès : Hiyoshi Station (Tokyu Toyoko Line, Tokyu Meguro Line, Yokohama Municipal Subway Green Line) sortie est

Senshu University Ikuta Campus
Adresse : 2-1-1 Higashimita, Tama-ku, Kawasaki-shi, Kanagawa-ken
Accès : Mukougaoka-Yuen Station (Odakyu Line) sortie sud

Aoyama Gakuin University Sagamihara Campus
Adresse : 5-10-1 Fuchinobe, Chuo-ku, Sagamihara-shi, Kanagawa-ken
Accès : Fuchinobe Station (JR Yokohama Line) sortie nord

L’accès aux universités est indiqué sur le Test Voucher reçu. Aucun risque de vous perdre pour y aller : suivez les troupeaux de Chinois. Ils sont toujours très nombreux. 😂

Déroulement de l’examen

Les salles d’examens ouvrent 30 minutes avant le début du test, à partir de midi et les premières épreuves commencent à 12h30. Et l’heure, c’est l’heure. Arrivez en retard et vous pouvez abandonner l’idée de passer le test. Les règles sont très strictes. Il y a trois surveillants par salle de classe. Les épreuves durent entre 30 et 110 minutes et entre chaque il y a 30 minutes de pause pour s’aérer, boire ou aller aux toilettes.
Le jour de l’examen, il faut se présenter muni du Test Voucher et du matériel nécessaire pour écrire (un crayon papier HB ou à mine et une gomme à laquelle il faut retirer l’étui en carton) et une montre sans option mémoire. Il faut se placer à la table contenant le même numéro de candidat que sur le Test Voucher.
La même annonce avec les règles ainsi que la vérification du visage et de la photo est répétée quinze minutes avant chaque épreuve. Le JLPT c’est comme le foot ! Il y a des règles à respecter et toute infraction est sanctionnée soit par un carton jaune ou un carton rouge. Tentez de tricher et vous êtes hors-jeu !

Résultats

Les résultats sont annoncés par envoi d’un courrier avec le certificat si le test est validé deux mois plus tard. Il est possible de les connaitre en avance par Internet, toujours sur le site JEES, vers la fin du mois suivant l’examen. Il faut avoir minimum 100/180 pour passer.

Mes impressions

Le JLPT au Japon, c’est militaire 😂. Les examinateurs et surveillants sont stricts et sévères. Mon premier examen en particulier, l’examinatrice nous parlait comme à des soldats, très sèche et sans le moindre sourire.
Les universités sont immenses et j’aime beaucoup l’architecture pour certaines ! J’avais vraiment l’impression de redevenir étudiante, mais limite une étudiante dans une université prestigieuse xD.
Concernant le test en lui-même, je n’ai passé que le N5 et le N4 et je trouve déjà le N4 bien difficile… La partie vocabulaire est vicieuse avec parfois des kanji très ressemblant, la partie grammaire/lecture demande beaucoup de concentration et la partie écoute je dirais que c’est la plus facile alors que ça a toujours été mon point faible dans l’apprentissage d’une langue o_o.


♫ Un article = Une chanson ► Linkin Park – In the End

0

► BOOMBAYAH : Kimi no Blue Travel Kikō (juillet 2017)

​En juillet, c’est l’été ! Et l’été bien japonais. Ça a été radical, une fois le changement de mois fait, il a commencé à faire affreusement chaud et humide. Entre 60 et 90% d’humidité et entre 30 et 37°C même la nuit… Étouffant et invivable, on se sent toujours ベタベタ (dégueu et transpirant). J’ai aussi affronté mes premiers cafards (ゴキブリ) dans mon appart… Le côté positif c’est que l’été au Japon, il y a des tonnes de matsuri dans tous les coins du Japon ! Et ça en fait toujours une sortie agréable !

8 juillet : サンパ自由が丘夏祭り

Nous avons organisé une petite fête à l’école et nous y avions convié nos étudiants et amis français. Nous sommes partis sur le thème de l’été. Avec l’équipe on s’est habillé en yukata et jimbee et certains de nos étudiants aussi.

Pendant la soirée on a fait des quizz et un karaoké sur la danse des canards 😂 donc avec la choré qui va avec. On s’est bien amusé ! J’étais contente de parler en français et japonais avec des personnes que je rencontrais pour la première fois, de m’amuser et rigoler avec mes étudiants en dehors d’une salle de classe. Je n’ai pas vu le temps passer ! On a poursuivi la soirée entre français (enfin presque haha) au karaoké, toute la nuit jusqu’à 5h ! Une soirée géniale avec des personnes géniales !

9 juillet : 暑い原宿☀😵💦

Après un samedi bien festif, c’était un dimanche tranquille à Harajuku avec Géraldine. On voulait tester plusieurs cafés pour se poser au frais car un dimanche à Harajuku en pleins mois de juillet, c’est juste abominable et insupportable ! Trop chaud, trop humide, trop de monde. Et donc pour trouver un endroit où te poser tranquille et au frais… Haha c’est pas chose facile ! On a fini par trouver une table de libre au Pompompurin Café, un café sur le thème de Pompompurin, un petit animal mignon comme Hello Kitty ou Rirakuma. La déco est sympa, mignonne mais surtout très jaune. On peut également y acheter des produits dérivés. Les plats sont simples mais surtout misés sur la déco, si bien que t’oses à peine déguster par peur de tout abîmer xD. Pour cette fois, on voulait juste boire xD. Mais y manger peut être un truc à tester le jour d’une escapade à Harajuku ! On compte quatre cafés dans le Japon : Harajuku, Yokohama, Osaka et Nagoya.

Pompompurin Café Harajuku (ポムポムプリンカフェ原宿店)
Adresse : CUTE CUBE HARAJUKU 3F, 1-7-1 Jingumae, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Harajuku Station (Yamanote Line) sortie Takeshita, Meiji-Jingumae (Harajuku) Station (Fukutoshin Line, Chiyoda Line) sortie 2
Site Internet : http://pompom.createrestaurants.com

16 juillet : 東京ディズニーシー

Journée à Tokyo Disney Sea avec Géraldine avant son retour en France. A défaut de ne pas pouvoir aller à USJ, on a choisi Disney Sea pour profiter des attractions à plus fortes sensations (pour les japonais 😒) et de l’événement spécial Pirates des Caraïbes.

C’est toujours marrant de voir les japonais aller à Disney. Fans jusqu’au bout, ils portent au moins quelque chose en rapport avec Disney sur eux, les ados et jeunes couples portent les mêmes vêtements. Mais comme un dimanche, comme un long week-end (le 17 juillet est un jour férié au Japon, jour de la mer svp), c’était noir de monde… Ça sentait les longues heures d’attente dans la chaleur pour faire les attractions.

J’ai retrouvé Géraldine à 7h30 pour l’ouverture du parc à 8h00. La journée a été très crevante ! Il a fait très très chaud. J’ai pu faire l’attraction Indiana Jones que je n’avais pas fait la première fois, j’ai emmené Géraldine dans la tour de la terreur et elle a eu très peur 😂, on s’est réfugié dans le monde d’Ariel, au frais et à l’abri du soleil pour reprendre des forces, on a vu le spectacle spécial Pirates des Caraïbes (mais sans Johnny Deep, dommage 😂😂) et quelques pirates dans le parc…. et on a fini par Toy Story après la pire attente de la journée parce qu’on était trop fatiguées et parce que c’est une des attractions qui attire le plus de monde ! Comptez en moyenne entre deux heures et trois heures d’attente… Heureusement qu’on a eu des fast pass pour quelques attractions. Puis vers 20 heures, il a commencé à pleuvoir. Comme on avait fait tout ce qu’on voulait, on est rentré plus tôt.

C’était sympa de revenir à Disney finalement même si je trouve que les attractions au Japon manquent de fortes sensations… Mais c’est mieux de ne pas y aller l’été car y a même pas d’attractions d’eau à Disney Sea il me semble (pourquoi ce nom alors, je me le demande encore xD). Aussi autre bémol, l’attraction Voyage au Centre de la Terre était fermée et on a quasiment pas vu de personnages Disney…
Mon prochain parc d’attraction, ce sera… FujiQ !!

17 juillet : ジェラルディンフランスに帰って、気をつけて😢

Comme Géraldine rentre en France bientôt, j’ai été invité à sa さよならパーティー (Sayonara Party, fête d’au revoir). J’ai fait la connaissance de certains de ses amis, dont une coréenne qui parlait bien français, et revu des anciens collègues de Maison Première, mon ancien baito. On a mangé au Breizh Cafe Le Bretagne, qui est un restaurant français servant des galettes et des crêpes. C’est un restau connu et reconnu et il y a plusieurs restau dans Tokyo (Omotesando, Kagurazaka, Shinjuku…). J’avais l’impression d’être de retour dans ma Normandie, dans la crêperie habituelle où j’allais souvent en famille. J’ai pris une galette complète avec des champignons de Paris. J’étais un peu déçue de la texture de la galette (elle ne venait pas d’être cuite à mon avis) en revanche je me suis régalée avec la crêpe Briochine (banane, caramel, glace vanille et chantilly). C’est un restau agréable, dans une atmosphère tranquille et une déco sympa. Nous étions en terrasse, c’était bien et relaxant. Les serveurs parlent un peu français et je pense que dans l’ensemble les galettes s’apprécient, avec du bon cidre. Il y a du choix mais faut y mettre le prix… J’irai pas toutes les semaines. Rien que pour les galettes, comptez entre 1200¥ et 1900¥. Je trouve que pour certaines qui sont peu garnies le prix est abusé mais bon… je préfère cuisiner mes propres galettes et crêpes à la place 😜.

Breizh Cafe Shinjuku Takashimaya
Adresse : Shinjuku Takashimaya 13F, 5-24-2 Sendagaya, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Shinjuku Station (JR Lines, Odakyu Line, Oedo Line, Marunouchi Line, Keio Line) sortie sud.

En tous les cas, ma baka va me manquer. 😭. Avec elle, j’ai fait les pires conneries, les meilleures Japan Expo, des super concerts, des délires que seules nous pouvons comprendre, des séances de karaoké à chanter de la J-pop et du Visual Kei… Mais ce n’est qu’un au revoir ! On se reverra en France ou au Japon ^^.

29 juillet : 友達 💕

Repas chez ma chère Tomoko après le travail avec ses amis japonais et son amie coréenne. Ça faisait longtemps que je les avais pas vus ! Comme d’hab, c’est notre soirée classique entre potes, avec plats japonais, coréen, français, alcool et beaucoup de rires ! Il y avait de la quiche lorraine 💕 quel bonheur, et si elle n’était pas meilleure que celle de ma mère, ça m’a directement fait penser à elle. Il y avait aussi du rosbif, du fromage… Omg je me sentais un peu chez moi. J’ai encore bien (trop) mangé !

Ces soirées avec eux, c’est un gros exercice de japonais pour moi. Je fais de mon mieux. C’est encore difficile mais j’adore les écouter parler. Puis comme Tomoko et Kaoru apprennent le français, parfois je leur parle en français 😂. Ils sont vraiment cool et Tomoko m’a dit que si un jour j’avais un problème, ils seraient tous là pour m’aider. Ils sont une de mes meilleures rencontres au Japon !

30 juillet : 小田原祭り

Une autre de mes meilleures rencontres, c’est celle avec des françaises ! Elodie, Violaine et aussi Suzon dont j’ai fait la connaissance récemment. Nous sommes allées ensemble à Odawara, une petite ville de la préfecture de Kanagawa, près de Hakone. Il y avait la fête d’été (matsuri, 夏祭り) de la ville au pied de son château. C’était une occasion de passer une journée loin de la capitale et de changer d’air.

Le temps n’était pas trop au rendez-vous. Il pleuvait un peu le midi quand nous sommes arrivées donc nous en avons profité pour visiter le château.

Les sculptures et les maquettes à l’intérieur était intéressantes. Mais comme Odawara est assez retiré de Tokyo, il y avait très peu d’anglais. Difficile de comprendre l’histoire. Par contre j’ai découvert le classement des plus hauts châteaux du Japon. Et savez-vous lequel est le plus haut ? C’est lui ! Je l’ai vu !

Vous le (re)connaissez ? C’est le château d’Osaka !

Après la visite, la fête battait son pleins avec des spectacles de Taiji et de Taiko et les stands de nourriture nous laissait l’embarras du choix pour le déjeuner. Finalement j’ai pris du karaage et j’ai testé le Hiroshima Yaki (le okonomiyaki de Hiroshima), plus un melon ice cream pour le dessert !

Vers 16h nous sommes allées dans la rue pour regarder plusieurs groupes défiler et porter les mikoshi. Et vers la fin de la journée, les lanternes se sont allumées.

C’était une journée bien crevante mais sympa !

Le reste du mois de juillet, j’ai aussi enchaîné les fêtes dans les différentes branches de mon école, pour célébrer la fête nationale française et la fête nationale belge. C’était du bon temps passé avec les collègues et avec nos étudiants en plus d’en rencontrer des nouveaux… Sans oublier les photos wtf qui circulent sur le Instagram de l’école haha. On ne s’appelle pas Ecole Sympa pour rien !


♫ Un article = Une chanson ► BLACKPINK – 붐바야 (BOOMBAYAH)

0

► Dog Days : Kimi no Blue Travel Kikō (juin 2017)

​Le mois de juin. Début de l’été et de la saison des pluies. Mais pour une saison des pluies on a connu pire. Il n’a pas plu tant que ça finalement mais la chaleur et l’humidité ont commencé à se faire ressentir !

10 juin : 飲み会サンパ

L’équipe avec qui je travaille maintenant à l’école a subi quelques changements et récemment, deux nouveaux nous on rejoint. A l’heure actuelle c’est une équipe avec qui je m’entends bien et nous avons pu créer un lien et apporter chaque jour une ambiance chaleureuse dans l’école.

Pour ça, nous avons organisé notre premier Nomikai ensemble. On a mangé et bu, on avait cuisiné et acheté beaucoup de nourriture (salade, pizza, tsukune…) et bu vin rouge, bière et vodka.

On a bien rigolé et après on a poursuivi la soirée au karaoké. On est allé dans un Karaoke Côte d’Azur (oui vous avez bien lu) et ils ont des super salles avec des beaux micros ! Il y a différentes tailles et différents concepts selon les goûts des clients : party room, VIP room, live room, family room… On a choisi la live room, c’était assez grand avec une petite scène. On y a mis le feu 😂 ! Mais le plus drôle était quand, au moment de partir, nous avons squatté à l’improviste une autre salle contenant un groupe de jap bourrés et torse nu pour certains 😂 ils nous ont accueillis à bras ouvert et avec des verres de Tequila à la main. On est resté jusqu’à minuit histoire de ne pas louper le dernier train. C’était un bon moment ! Bien arrosé mais ça s’est bien terminé. J’aime ces soirées 😁 !

Karaoké Côte d’Azur Jiyugaoka (カラオケコート・ダジュール自由が丘駅前店)
Adresse : Jiyugaoka NK Building 4F, 2-10-8 Jiyugaoka, Meguro-ku, Tokyo
Accès : Jiyugaoka Station (Tokyu Toyoko Line, Tokyu Oimachi Line), sortie principale

13 juin : サンパで一年おめでとう

Pour vous dire à quel point j’ai des étudiantes trop géniales ! Une de mes classes, trois charmantes dames, m’ont invitée à manger un midi et ont tenu à m’offrir le repas pour fêter mes un an en tant que professeur. J’étais trop contente et touchée !

Nous nous sommes données rendez-vous chez gram, une chêne de café / pancakes principalement. Ils font des pancakes bien épais et moelleux, ふわふわ (fuwa fuwa) comme on dit ici. Pour ces super pancakes il faut patienter un peu le temps de la préparation mais la déco et l’ambiance sont sympas donc vous ne vous préoccupez pas du temps ^^. Mes étudiantes m’ont dite : « Mange un bon déjeuner, tu as besoin d’énergie et en dessert tu pourras prendre des pancakes ! ». C’était très bon ! Le prix peut rebuter un peu mais allez-y pour une pause café, les pancakes sont vraiment bons !

Gram Jiyugaoka (gram 自由が丘店)
Adresse : J Glass Building 1F, 2-12-13 Jiyugaoka, Meguro-ku, Tokyo
Accès : Jiyugaoka Station (Tokyu Toyoko Line, Tokyu Oimachi Line), sortie principale

15 juin : ヒューマン飲み会🍻

J’avais mon cours de japonais du jeudi soir à Human Academy (ヒューマンアカデミー). Dans cette classe, nous ne sommes que des français. Après le cours, avec trois d’entre eux, je suis allée manger et boire dans un Izakaya. C’est la semaine alors les prix pour un 飲み放題 (nomihoudai, boisson à volonté) peuvent être avantageux. On a trouvé à Shinjuku un Izakaya 金の蔵 (Kin no Kura) qui faisait 飲み放題 et 食べ放題🍴🆓✨ (tabehoudai, nourriture à volonté) pour 2800¥ par personne pendant 1h30 ! C’est carrément un bon prix et vite rentabilisé xD. On a commandé en masse pendant 1h30 et on s’en est mis pleins le bide. Comme c’était en semaine et que l’Izakaya n’était pas bondé, on a pu rester plus longtemps sans avoir à payer en plus. On est ressorti à minuit 😂.

Kin no Kura Shinjuku East Exit (金の蔵新宿東口総本店)
Adresse : 東京都新宿区新宿3-36-12杉忠ビルB1F
Accès : Shinjuku Station (JR Lines, Odakyu Line, Oedo Line, Marunouchi Line, Keio Line) sortie sud-est

Je me suis d’ailleurs fait une petite frayeur avec les trains car au Japon le service termine à 0:00~0:30. J’ai réussi à avoir un train mais malheureusement les derniers ne vont pas jusqu’au bout de ma ligne et s’arrêtent à 4 stations avant la mienne ! Je me suis tapée une heure de marche à pied. Mais j’ai survécu. Dans la campagne de la préfecture de Kanagawa, c’est tranquille en pleine nuit, ça peut paraître flippant mais pas pour moi 😂.

24 juin : fête de la musique à Ginza

Si si, la fête de la musique, ça existe bien au Japon, du moins dans l’école où je travaille, oui ! Une des branches située à Ginza organisait une fête à cette occasion avec ses étudiants et tout le Staff pouvait se joindre à l’événement. Même si mes chers collègues de Jiyugaoka m’ont tous lâchée, j’y suis quand même allée après avoir fini le travail. Bon je suis arrivée vers la fin, y avait plus rien à manger ni à boire quasiment mais j’ai vu le moment où professeurs et étudiants ont fait des danses médiévales. L’ambiance était cool, on a bien rigolé. Les étudiants japonais étaient un peu réticents au début mais ils se sont prêtés au jeu et au final ils ont beaucoup aimé ! Après nous sommes restés entre collègues à boire encore un peu. Ce n’était pas grand chose mais juste le fait de passer du bon temps avec les collègues hors boulot, ça fait du bien. Je l’ai sûrement déjà mentionné, mais à l’heure actuelle c’est un plaisir de travailler avec eux. Donc hâte de remettre ça, avec une after au karaoké 😁.

25 juin : 書道しましょう!

Pendant mon cours de japonais du dimanche matin chez Human Academy (ヒューマン アカデミー), nous avons fait un petit atelier de calligraphie (書道).

La calligraphie japonaise 書道, littéralement voie de l’écriture, désigne la calligraphie des kanas, syllabaires typiquement japonais, et des kanji extraits des caractères chinois. Les différents types de calligraphies sont généralement liés à des écoles, qui enseignent l’art de faire de beaux caractères dans un type d’écriture existant, avec un certain style, pour la beauté du geste, du caractère et ou de l’écriture dans son ensemble. La calligraphie, à l’instar de la peinture et d’autres arts plastiques, demande l’utilisation de l’ensemble du corps pour s’exprimer pleinement. Le papier (on écrit sur la face la plus lisse), l’encre noire, le pinceau calligraphique (il y a deux tailles, un grand pour l’écriture du caractère er un petit pour votre signature, souvent en bas à gauche), et la pierre à encre sont les instruments essentiels pour la pratique de la calligraphie. Lorsque vous pratiquez, tenez le pinceau bien droit. La pression appliquée sur votre papier joue sur l’épaisseur du trait et également les gestes pour créer des effets à la fin.

C’était difficile mais vraiment intéressant ! J’ai écrit les kanji de « amour » (愛) et « ami » (友). Ils étaient pas trop foireux d’après mes profs. Je suis contente d’avoir eu cette opportunité 🙌💖 !

26 mai : lundi, tout est permis !

Je suis allée récupérer mon visa le matin et pour le déjeuner, je me suis posée à Yoshinoya (吉野家), une chaîne de restau qui fait des Gyudon aussi comme Sukiya. On en trouve partout. Ils proposent aussi du Black Curry. Du coup j’ai testé avec du porc et du fromage (牛とチーズ黒カレー). Pas mauvais. C’est un bon endroit pour les petits portes-monnaie 😂 et pour une courte pause déjeuner.

Mais en semaine, dans ce genre d’endroits, parmi les clients on trouve soit des ouvriers soit des salarymen. Que des hommes. De quoi se sentir bien seule xD.

Yoshinoya Yamato (吉野家大和駅前店)
Adresse : 1-1-26 Yamato-shi Chuo, Kanagawa-ken
Accès : Yamato Station (Odakyu-Enoshima Line, Sotetsu Line) sortie 1

Puis direction Shinjuku pour mon dernier cours de jap du lundi de la session printemps. Pour ce dernier cours, les professeurs nous ont fait vivre et expérimenter une cérémonie de thé (茶道) ! J’ai découvert beaucoup culturellement grâce à ces cours !

Certaines professeures portaient un kimono, il y avait tous les équipements pour préparer et servir le thé :

  • chawan (茶碗) : bol utilisé pour la préparation et la consommation du thé
  • chasen (茶筅) : fouet pour mélanger le thé en poudre dans l’eau
  • chaki (茶器) : pot contenant le thé en poudre, il en existe deux types selon la matière avec laquelle ils sont fabriqués (natsume (棗) pour les pots en bois ou bambou et chaire (茶入) pour les pots en céramique)
  • chashaku (茶杓) : cuillère à thé
  • kaishi (懐紙) : papier utilisé pour placer la nourriture (des sucreries japonaises qui accompagnent le thé) et essuyer les doigts. Il est normalement porté plié et coincé dans le devant du kimono

Nos professeurs ont d’abord expliqué le déroulement et ont fait une démonstration. Il n’y a pas toutes les étapes en détails, je précise. Je vous retranscris ce que j’ai vu pendant le cours d’une cérémonie de thé disons « simple ». La cérémonie de thé se déroule dans le plus grand des silences. Vous devez être calme et poli et porter des vêtements sobres, simples ou un kimono.

  1. お先に (en premier) : pendant que le thé est en cours de préparation, on vous apporte des douceurs. Ce sont souvent des sucreries japonaises. Lorsqu’on vous les apporte et qu’on vous propose de vous servir en disant « お菓子をどうぞ » (Okashi wo douzo = veuillez vous servir s’il vous plaît), vous faites une courbette et répondez « お菓子を頂戴いたします » (Okashi wo chōdai itashimasu = je prends, je reçois), vous dites « お先に » (Osaki ni = veuillez m’excuser de me servir en premier) à la personne qui se trouve après vous, vous prenez le plateau en face de vous avec vos deux mains, vous le soulevez légèrement pour exprimer vos remerciements, vous le posez, vous faites à nouveau une courbette et vous prenez une sucrerie que vous posez sur le kaishi. Enfin, vous faites passer le plateau à votre voisin. Vous consommez votre sucrerie avant de recevoir votre thé.
  2. お点前頂戴いたします (merci pour le thé) : le thé est prêt, c’est le moment de le recevoir. Vous faites en premier une courbette et dites « お点前頂戴いたします » (O temae chōdai itashimasu = je prends, je reçois le thé), vous prenez le bol de thé dans vos mains, posez sur la main gauche et tournez deux fois dans le sens des aiguilles d’une montre de 2h à 4h avec la main droite, buvez votre thé en trois gorgées. Une fois terminé, essuyez l’endroit où vous avez bu avec votre pouce et essuyez votre pouce avec le kaishi, tournez dans le sens inverse des aiguilles d’une montre de 4h à 2h, reposez le bol. C’est fini.

Puis nous avons tous bu notre bol de thé en reproduisant du mieux qu’on avait compris. Pour ma part j’ai pu aussi essayer d’en préparer. Pour une première fois je me suis bien débrouillée !

C’était super pour une dernière leçon ! A la fin nous avons tous reçu une carte avec un mot des professeurs. Ils vont beaucoup me manquer ! Depuis que je vais à Human Academy c’est sans doute la meilleure session que j’ai faite ! Et je souhaite de pouvoir participer à une vraie cérémonie de thé un jour !

Après ma leçon j’ai retrouvé Géraldine à Shinjuku. On a passé du temps ensemble au Starbucks, on s’est baladé à Shinjuku et on est allé manger des ramen à la tomate chez Taiyou no Tomato. On a bien parlé et rigolé comme à nos habitudes xD. Elle rentre bientôt en France donc je profite du temps libre que j’ai pour en passer avec elle. Je regrette de ne pas avoir pu la voir plus souvent alors qu’on habitait dans la même ville TT. Maintenant qu’elle rentre je me dis qu’elle va me manquer !


♫ Un article = Une chanson ► MAN WITH A MISSION – Dog Days

0

► +1 : Renouvellement du Visa Travail

Comme je l’annonçais dans un de mes précédents articles, j’ai renouvelé mon contrat de travail pour une année supplémentaire. Par conséquent, le renouvellement de mon Visa Travail a suivi !

Renouveler un Visa Travail au Japon, comment ça se passe ? Je vous explique ! 

Cette démarche s’applique aux ressortissants étrangers souhaitant poursuivre leurs activités avec leur statut de résident actuel (prolongement d’un contrat de travail ou renouvellement d’un visa époux par exemple). Il faut effectuer la demande avant l’expiration du statut de résident du demandeur, à partir de trois mois avant la date d’expiration.

Documents à fournir pour constituer le dossier

  • 1 Le formulaire de demande d’extension de la période de séjour (partie employé à télécharger ici)
  • 2 La photocopie du passeport et de la carte de résident actuelle
  • 3 Une photo d’identité format 3*4cm datant de moins de trois mois
  • 4 Une attestation de paiement des impôts à demander à la mairie de votre lieu de résidence
  • 5 Les autres documents sont fournis par votre employeur ;) ! Sont inclus le formulaire de demande d’extension de la période de séjour (partie employeur), une lettre de demande d’extension de la période de séjour et le justificatif des activités de votre employeur et de ses bénéfices.
  • 6 4 000¥ en timbres fiscaux à payer si l’application est acceptée, le jour du retrait du visa. Le prix varie selon le statut demandé.

Préparer son dossier

  • 1 Le formulaire de demande d’extension de la période de séjour : à compléter en anglais ou en japonais. Il y a différents formats selon les activités effectuées. Ce n’est pas le même formulaire que celui du changement de statut c’est une demande pour rallonger la durée du visa travail. Mais les informations à remplir sont les mêmes : nationalité, nom, coordonnés, emploi, etc…
  • 2 Une attestation de paiement des impôts : étant donné que maintenant vous êtes à un an d’activités professionnelles, vous payez donc les impôts comme tout le monde. Rendez-vous à la mairie pour demander les documents. Il faut remplir un formulaire de demande. Vous écrivez votre adresse, votre nom, votre date de naissance, l’année d’imposition et le nombre d’exemplaires souhaités, vous présentez votre carte de résident avec le formulaire au comptoir et vous payez les frais de service (de 200 à 700¥ environ).

Ça semble facile comme ça ? Attendez que je vous raconte mon expérience xD ! ​Le 22 mai au matin, arrivée à la mairie de Yamato vers 10h20, j’ai sélectionné les formulaire à remplir pour les documents. Puis je me suis présentée au comptoir appelé 証明書受付 (Shomeisyo uketsuke, comptoir des attestations écrites), pour vérifier avec la secrétaire. Puis j’ai reçu un ticket en attendant l’impression du document à récupérer au comptoir お渡し窓口 (Owatashi Madoguchi, guichet de récupération des documents). Enfin je pensais que j’allais les récupérer xD. Finalement, je n’aurais pas traîné des heures à la mairie car on m’a dit que ce n’était pas à la mairie de Yamato que je devais faire cette demande. Donc attention si vous avez souvent changé d’adresse de domicile comme moi ! Quand vous demandez l’attestation des impôts sur une année, il faut aller à la mairie de là où vous habitiez cette année au 1er janvier, sauf si vous faites la demande à partir du 1er juin. Par exemple avec moi : j’ai souhaité l’attestation des impôts de l’année 2016. Le 1er janvier 2016, j’habitais à Shibuya 😂 L’administratif, pourquoi faire aussi compliqué ?

Il a donc fallu que je retourne à Shibuya pour demander mes documents. J’y suis allée un vendredi matin pluvieux avant le boulot. Je suis arrivée à la mairie de Shibuya vers 9h15. La section des impôts se trouve au deuxième étage au comptoir 7 nommé Taxes Division. J’ai demandé le formulaire et montré ma carte de résident. Puis j’ai rempli le formulaire avec nom, date de naissance, adresse actuelle et l’adresse quand je vivais à Shibuya, puis l’année souhaitée (2016) et le nombre d’exemplaires. J’ai payé 300¥ pour les frais administratifs. Finalement, cette démarche est très rapide ! C’était fait en 10 minutes à peine. Voici à quoi il ressemble.

Dépôt du dossier

Comme j’habite dans la préfecture de Kanagawa désormais, ça me prend plus d’une heure pour aller au bureau d’immigration de Tokyo, Shinagawa. J’en ai donc choisi un plus proche, à 40 minutes de chez moi. Je me suis rendue à la branche de Kawasaki.

Tokyo Immigration Bureau Kawasaki Branch Office (東京入国管理局川崎出張所)
Adresse : Kawasaki West Joint Government Building, 1-3-14 Kamiaso, Aso-ku, Kawasaki City, Kanagawa Prefecture
Accès : Shin Yurigaoka Station (Odakyu Line), sortie Sud

​Lundi 12 juin au matin j’arrive vers 8h35 au bureau d’immigration à Shin Yurigaoka. C’est au rez-de-chaussée d’un grand bâtiment. A mon arrivée, seulement 7 personnes devant moi. Ça change du bureau d’immigration à Shinagawa où on peut trouver plus de 30 personnes en arrivant à 7h30. Le bureau ouvre de 9h00 à 16h00.

Le bureau ouvre pile à l’heure. C’est tout petit donc c’est pas compliqué de trouver le bon comptoir, y en a qu’un. Vous allez à la réception pour faire vérifier votre dossier avec votre passeport et votre carte de résident. Vous remplissez la carte postale qui vous est envoyé plus tard avec la réponse et on vous remet un ticket.

En étant numéro 3 je me suis dis que je n’allais pas y passer des heures… 😂 En effet en 30 minutes c’était fait. J’ai récupéré mon passeport, ma carte de résident avec un tampon indiquant que mon statut est en cours de changement et la notice avec mon numéro de dossier expliquant que pendant son étude, je peux rester jusqu’à deux mois sur le territoire japonais. A la différence du bureau d’immigration de Tokyo (Shinagawa), la notice n’est qu’en japonais 😂. Il ne reste plus qu’à attendre le verdict final.

Réception du Visa

A peine deux semaines après le dépôt de mon dossier, j’ai reçu la carte postale m’indiquant de me présenter à l’immigration dans les deux semaines suivantes avec passeport, carte de résident, 4000 yens de timbres fiscaux, la notice avec le numéro de dossier et la carte postale.

Donc lundi 26 juin au matin, c’est reparti direction le bureau d’immigration à Shin Yurigaoka. ​​​​Au bureau de Shinagawa, on peut acheter les timbres au konbini du bureau. Pour celui à Shin Yurigaoka… Bonne question. Je me suis en premier rendue au konbini. Mais pour ce type de timbres, on en trouve qu’à la poste. Donc passage par la poste pour payer le timbre et direction le bureau d’immigration. Je remets la carte postale, le timbre (je signe le formulaire en même temps et y colle le timbre), la notice avec mon numéro de dossier, mon passeport et ma carte de résident. En échange je reçois un ticket et j’attend que mon numéro soit appelé. J’ai attendu environ 30 minutes !

Et me voilà avec un nouveau visa d’un an ! 🎉 楽しみましょう🎵💕


♫ Un article = Une chanson ► Martin Solveig (feat. Sam White)+1

3

► Checkmate : 22 juin 2017 ; 2 ans de vie au Japon !

22 juin 2017 ! Bon anniversaire Yonghwa ! Que le temps passe vite ! Me voilà déjà à deux ans de vie au Japon, j’ai l’impression que c’était hier que je venais habiter au Japon ! Comme pour la première année, j’ai envie de faire le bilan.

Cette deuxième année au Japon, comment était-elle ? Je dirai peut-être aussi difficile que la première mais ce n’était pas la même difficulté. L’année dernière, la difficulté numéro un : chercher un travail. Cette année, la difficulté numéro un : m’adapter au travail ! Et ce n’était pas toujours gagné. L’année dernière : j’ai appris à servir du vin et du champagne et à porter 3 assiettes en même temps. Cette année : j’ai appris à enseigner le français à des japonais. L’année dernière : je vivais dans une share house. Cette année : j’ai déménagé dans un studio. Bref, je zappe les mauvais moments, ça ne sert à rien de s’étaler. Mais cette année fut malgré tout riche, même si j’ai plus travaillé qu’autre chose. Je n’ai pas beaucoup voyagé mais j’en prévois pleins pour bientôt ! Mon épanouissement est grandissant. Je m’amuse, je profite des petites occasions qui se présentent et je me sens toujours aussi bien en globalité ici. Alors, cette année-là :

  • J’ai déménagé dans un studio, dans la campagne de la préfecture de Kanagawa. C’est parfois chiant d’habiter loin, mais je m’adapte.
  • J’ai loupé tous les matsuri d’été parce que je travaille le samedi. J’ai juste vu une partie du feux d’artifice de Futako-Tamagawa.
  • Je me suis fait des amies… françaises, avec qui j’aime beaucoup sortir ! Violaine, Elodie, Pauline… Si vous passez par là ! Et ça fait du bien car….
  • Finalement j’ai réalisé une chose : se lier d’amitié avec des japonais(es), c’est finalement très compliqué. La relation n’est pas aussi sincère et on ne peut pas se confier.
  • J’ai réalisé aussi que les japonais, à vouloir être trop polis, sont à la limite de l’hypocrisie, parce qu’ils ne disent jamais les choses directement ! Et ça c’est quelque chose que j’ai du mal à supporter. Il y a aussi une sorte de racisme envers les étrangers, bien différente de la notre (haha) mais bien plus blessante je trouve. Un japonais ne vous traitera jamais de « sale étranger » ici mais vous le fera comprendre dans son comportement tout en faisant comme si de rien n’était (oui, les japonais ne disent rien directement).
  • Cependant, tous les japonais ne sont pas comme ça non plus ! Mes apprenants et les quelques amis japonais que j’ai réussi à me faire sont des personnes adorables et je les aime beaucoup ! J’ai vraiment fait des rencontres marquantes et toutes ces rencontres m’ont permise de me maintenir debout et de passer des bons moments ! Je ne pensais jamais dire un jour « Enseigner le français, c’est amusant ! » J’ai la sensation de bien plus profiter de la vie, de sortir, de m’amuser maintenant que quand j’étais adolescente. Je me dis que « Oui, la vie, elle est cool ! » et qu’il ne faut pas se laisser abattre par les petits tracas qu’elle peut parfois te balancer en pleine figure.
  • J’ai changé personnellement, dans mon relationnel avec les gens, dans ma façon d’agir et de m’imposer. J’ai appris à m’ouvrir et à être moins timide. Oui, le travail à l’Ecole Sympa ne m’a pas apportée qu’un Visa et un salaire ! Je n’avais pas remarqué à quel point j’ai pu être enfermée dans ma bulle et effrayée à l’idée de mettre un pied dans le monde extérieur toutes ces années, et vraiment ça peut bloquer beaucoup d’issues. Maintenant, je m’aperçois que je peux en apprendre beaucoup sur la vie et sur les relations humaines et créer des liens avec des personnes qui ne viennent pas forcément du même monde que le mien. Bon après c’est sûr, ça ne marche pas avec tout le monde non plus hein :’D.
  • Je vais toujours autant au Karaoké et j’aime toujours autant Starbucks.
  • Je suis allée à la plage à Enoshima pour me baigner !
  • J’ai fêté mon premier Halloween à Shibuya !
  • J’ai décroché le JLPT N5 !
  • Je suis allée à Karuizawa.
  • J’ai fait du Taiko pour la première fois !
  • J’ai vu mes CNBLUE 10 fois en concert/fanmeeting (dont 7 au Japon). Avec l’emploi du temps que j’avais, j’ai bien géré je trouve x’D. Merci de venir aussi souvent au Japon les gars !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une année chaotique, mouvementée, parfois difficile mais très enrichissante ! Et il y a encore beaucoup de choses que je veux accomplir durant cette troisième année au Japon qui commence :

  • Escalader le Mont Fuji
  • Voir un spectacle de Kabuki
  • Assister à un match de Sumo
  • Aller à FujiQ
  • Assister à une vraie cérémonie de thé
  • Aller à Okinawa, Fukuoka, Mie, Hiroshima, Shirakawago, Hokkaido et pleins d’autres endroits magnifiques du Japon
  • Faire un voyage à Hong Kong, aux Philippines, à Bali…
  • Réussir le JLPT N4, puis le N3 si vraiment je deviens balèze en japonais

Pour l’instant, ai-je envie de rester au Japon et d’y passer ma vie ? Y passer ma vie, je ne sais toujours pas, je ne peux pas me projeter autant… Mais pour l’instant OUI, je veux rester ! Une chose est sûre, je ne quitterai pas le Japon tant que je n’aurais pas accompli les objectifs ci-dessus !


♫ Un article = Une chanson ► 정용화 (Jung Yong Hwa) – Checkmate (With JJ LIN)

1

► Because it’s you : Week-end à Séoul !

CNBLUE – Hallyu K-Star Road, Seoul. Ça résume bien mon week-end !

​Je suis allée un petit week-end en Corée du Sud, à Séoul du 2 au 5 juin. Seulement pour un week-end car au Japon on a pas beaucoup de jours de congés malheureusement. Mais je tenais à aller aux concerts de CNBLUE (encore ?! Quand on aime on ne compte pas), voir des amies, parcourir Hallyu K-Star Road et d’autres rues de Séoul encore inconnues pour moi, manger de la bonne nourriture coréenne et faire le plein de bonnes choses pas chères chez Daiso ! Bref.. me DÉTENDRE !

J’ai décollé vendredi matin de Narita avec la compagnie Jeju Air qui relie Narita et Séoul à un prix abordable et, chose pratique pour moi, j’ai pu payer mon billet d’avion au konbini. L’employée au check-in était trop mignonne, elle m’a demandée comment on disait bonjour et merci en français et au moment de me remettre mon billet d’embarquement, elle a dit « merci » :) c’est agréable un staff gentil et aimable comme ça.

Comme à chaque fois que je quitte le Japon, je demande un re-entry permit (ce que j’ai déjà expliqué avant, ça n’a pas changé).

Puis pour avoir Internet partout (bien qu’en Corée il y ait plus de spot wifi accessibles gratuitement qu’au Japon) j’ai loué une pocket wifi. Je n’ai pas pris la même que pour Singapour car la compagnie n’est présente qu’à Haneda. Donc j’ai réservé par Internet une pocket wifi chez KT Roaming Center. C’est directement sur leur site internet, vous entrez vos coordonnés et la période de location et où vous souhaitez récupérer votre pocket wifi (à l’aéroport ou à votre hôtel). Si vous voulez vous faire livrer à votre hôtel, il faut passer commande trois jours ouvrés avant la date de votre arrivée. Vous pouvez payer par Paypal :). Pour 4 jours cela m’a coûtée 23,20 euros, car en réservant en ligne j’ai pu avoir une réduction.

J’ai récupéré ma petite pocket wifi à Incheon à mon arrivée. Il faut présenter passeport, numéro de réservation et carte de crédit pour payer les frais de service supplémentaire en cas d’endommagement de votre pocket wifi ou de dépassement de la période de location (5500 wons)… Si j’ai bien compris 😁. J’ai bien profité de ce petit joujou, j’étais connectée en permanence partout où j’allais. J’ai même joué à Pokemon GO dans Séoul 😂. Au moment de la rendre, si tout est ok, vous ne payez pas les 5500 wons de frais, mieux, une partie du paiement vous est remboursé ! Donc au final la pocket wifi ne m’a coûtée que moins de 20 euros ! Une très bonne affaire !

Louer une pocket wifi chez KT Roaming Center

  1. Réservez sur Internet ou sur place en renseignant vos coordonnés et la période de location souhaitée.
  2. Payez les frais
  3. Récupérez votre pocket wifi en présentant votre numéro de commande et votre passeport
    Accès : Incheon International Airport 1F, entre les portes 6-7, 8-9 et 10-11.
  4. Et vous pouvez jouer à Pokemon GO n’importe quand, n’importe où !

Je suis arrivée sous un soleil magnifique, un peu chaud comme à Tokyo. J’ai pris la ligne AREX en direction de mon logement durant le séjour. Pour le logement cette fois j’ai choisi un hôtel près de la salle des concerts de CNBLUE. Je suis restée à l’hôtel Harmony Hotel.

Si le staff vous explique que dalle et vous tend juste la clé sans vérifier votre passeport ou quoi, cet hôtel est vraiment bien pour son prix. Les chambres sont spacieuses et luxueuses, la TV immense, il y a un réfrigérateur avec des bouteilles d’eau et des canettes de jus de fruits, du café latte et du thé. Les serviettes sont fournies et y a tout le nécessaire pour la toilette (sauf du dentifrice, que je n’avais pas emmené haha). Et de plus, c’est dans un quartier de Séoul que je ne connaissais pas vu que j’allais toujours à Hongdae, mais au final ce n’était pas si mal comme coin.

Harmony Hotel
Adresse : 63, Cheonjung-ro 40-gil, Gangdong-gu, Songpa, Seoul
Accès : Gil-dong Station (Ligne 5) sortie 1

Mais d’après Julie il s’avérait en fait que c’était un Love Hotel 😂😂 (je vais pas vous faire un dessin, vous connaissez le concept) ce qui n’était pas mentionné sur Internet ! Je comprend mieux la discrétion du staff et le prix de la chambre. De nombreux Love Hotel étaient implantés dans ce quartier d’ailleurs 😂.

Niveau restau, j’ai testé avec Julie un restau de Naengmyeon, de la soupe traditionnelle nord-coréenne à base de nouilles faites de farine de sarrasin, de pomme de terre et de patate douce. J’ai choisi un bibimnaengmyeon (mix entre le bibimbap et naengmyeon). Vu la couleur, ils s’étaient lâchés sur le piment mais ça allait 😂.

Sam-dae Naengmyeon (삼대냉면)
Adresse : 393-6 Gil-dong, Gangdong-gu, Seoul
Accès : Gil-dong Station (Ligne 5) sortie 1 ou 2

Des amies coréennes et mon amie philippine ont voulu manger un midi à Paris Croissant… C’est une chaîne de restaurant/boulangerie implanté partout dans Séoul. Mais nous sommes allées à celui près du parc olympique. Bon ce n’est pas pour ce genre d’endroit que je viens en Corée (surtout quand je vois les prix sachant qu’on peut manger pour beaucoup moins cher) mais bon j’y ai été invitée donc je ne vais pas me plaindre. J’ai mangé des burritos au fromage avec des chips et de la salade.

Paris Croissant Kitchen Olympic Park
Adresse : 424, Olympic-ro, Songpa-gu, Seoul
Accès : Olympic Park Station (Ligne 5) sortie 3

C’était le soir qu’avec Maria, mon amie des Philippines, on cherchait désespérément un endroit où manger. Le premier soir on a atterri dans un restau où le personnel ne parlait pas anglais, pas de menu en anglais… Donc un peu à l’arrache on a pris un bibimbap car c’est le seul truc que je connaissais… Il commençait à être tard et le personnel a tenté de nous expliquer quelque chose comme quoi la viande était crue xD mais on a dit oui quand même. Bref pourquoi, on en sait rien xD. Il était peut-être trop tard et donc ils ne voulaient plus cuisiner..

On a eu plus de chance notre dernier soir. Pareil, on cherchait où manger puis on est passé devant un pojangmacha comme on en trouve des nombreux en Corée, qui servent kimbap, tteokbokki… pour pas cher. En nous voyant, le gérant du restau nous a accueillies à bras ouvert en parlant anglais. Ouf ! Le personnel était super gentil ! Nous avons mangé des rabokki au fromage avec des kimbap. On nous a en plus offert une soupe gratuitement, c’était un régal !

Autumn Colors Love Gimbap (단풍애김밥)
Adresse : 440-22 Seongnae-dong, Gangdong-gu, Seoul
Accès : Dunchon-dong Station (Ligne 5) sortie 3

Niveau temps, il a fait beau la journée mais le soir ça rafraîchissait un peu. Il faisait très chaud en pleins soleil mais sans humidité, donc c’était à la limite du supportable. Il a juste plu le vendredi soir…

C’était un super week-end, avec des belles rencontres et des bons moments avec les 4 hommes de ma vie 😍 ! La Corée c’est génial ! Je suis rentrée Lundi après-midi reboostée pour reprendre une semaine de taf 😊.


♫ Un article = Une chanson ► CNBLUE – It’s You